Un peu d'histoire...

UNE BELLE DEMEURE RENOVEE EN 2012...

Avec ses cinq chambres chacune dotée de sa salle de bains privée, ses vastes salles de réception, ses belles terrasses, son terrain de pétanque et son cadre magnifique, le Prieuré de Loups a tout ce qu’il faut pour assurer la réussite de votre escapade dans notre région. Laissez-vous séduire par la beauté du paysage alentour : étangs, champs, chemins de balade, bois, bosquets... Vous bénéficiez à la fois du charme de la campagne berrichonne et de la proximité des sites touristiques dans un écrin de verdure, paisible et authentique.

Afin de rendre votre séjour agréable, nous mettons à votre disposition une importante documentation et une liste de restaurants aux alentours. La région regorge d’activités riches et variées.

... QUI RACONTE UNE PARTIE DE L’HISTOIRE DE LA BRENNE

Fondé en 1096 par Pierre de l’Etoile, le Prieuré de Sainte-Marie-Madeleine-de-Loups est situé sur des terres données par Lucie de Brenne, dite aussi Dame de Mézières et par Robert IV de Buzançais. Géré par des prieurs successifs, il prospère et atteint une certaine notoriété dans la région.

Cependant  les XIVème et XVème siècle ne lui sont  pas favorables (Philippe le Bel prélève de l’argent pour financer ses expéditions militaires, la papauté, venue chercher refuge à Avignon, crée la taxe pontificale et les incursions des anglais pendant la guerre de 100 ans n’arrangent rien). Néanmoins il bénéficie de la bonne gestion des prieurs Pierre et Guillaume de Fougères qui,  entre 1470 et 1500, conduisent une importante « politique des étangs » : création de nouveaux étangs et d’importants fossés, négociation des droits de terrage.

Le Prieuré décline au XVIème siècle. Il se dépeuple et en 1606 il tombe sous la juridiction de l’Abbaye de Saint-Cyran, à Saint Michel en Brenne.
Il connait une certaine renaissance au XVIIème siècle. L’année 1632 voit la reconstruction de la chapelle priorale de Sainte Marie Madeleine par Dom Gabriel Robin, prieur de Loups de 1613 à 1658. Puis c'est le mécène janséniste Paul le Pelletier sieur des Touches et de Seleine qui s’implique dans l’entretien et la restauration des Abbaye de Port-Royal et de Saint-Cyran, et devient Prieur de Loups.

En 1715, le Prieuré revient à Fontgombault et Don Charles Jacquet en est le prieur. Il entreprend la restauration des bâtiments, des étangs et des bois, construit des écuries et une vaste grange, aujourd’hui détruite.

En 1741, après la dissolution de la communauté bénédictine de Fontgombault, le Prieuré est confié à l’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe jusqu’à la révolution de 1789, au cours de laquelle l’assemblée constituante vote la spoliation des biens de l’Eglise. Le domaine de Loups, mis aux enchères en 1791, est acquis par  Madame Marie-Madeleine Dupin, épouse de  l’ancien fermier général Monsieur Louis-Claude Dupin, déjà propriétaire des marquisats du Blanc et de Rochefort et du château de Chenonceau. Celui-ci fut aussi le grand-père de George Sand. Quant à Madame Dupin, elle est restée célèbre pour avoir été la protectrice de Jean-Jacques Rousseau.

Après avoir vu se succéder divers propriétaires, le Prieuré est acquis par Monsieur Jules Lebaudy en 1872 en même temps que le domaine du Blizon ; il est resté dans la famille depuis lors.